TEMPS ET REALITE.

Entre le temps conditionnant le déroulement physique des phénomènes et le temps intérieur de notre existence semble s'établir une rupture. Pourtant la conscience est à l'origine d'une telle visée. Nous devons comprendre comment les événements de notre existence s'ordonnent suivant notre rapport au monde dans la temporalité. L'univers physique fera rupture avec ce temps intime puisqu'il entraîne le temps scientifique lié aux déterminismes physiques. Dualité du temps liée à la spécificité de la conscience dans son rapport au monde : nous avons à réfléchir sur cette cassure entre la durée subjective dans sa continuité, dans la mémoire du vécu et ce temps irréversible qui vient de la mesure relative aux lois de la nature. Si la substance permet de comprendre l'ensemble des phénomènes existants, ce qui leur assure l'existence, ce qui compose la matière et le devenir des étants, le temps, écrit Aristote, "a été et n'est plus, pour l'autre, il va être et n'est pas encore." Il n'a donc pas de consistance, il fuit que ce soit dans son caractère infini ou bien même dans sa succession perpétuelle. Il n'a donc pas d'être propre. Saint Augustin affirme encore que le temps tout en étant privation d'être permet de comprendre les événements dans leur succession. Dès lors au lieu de concevoir un temps en dehors de notre conscience, nous revenons à la représentation que nous en avons. Le devenir des phénomènes s'évalue par rapport à leur mouvement dans le cadre du temps. Héraclite, en écrivant "On ne peut pas descendre deux fois dans le même fleuve", désigne le développement des phénomènes, leur devenir, leurs cycles, référant au temps scientifique dans l'impossibilité de revenir à un certain point de départ. Les phénomènes disparaissent et se reconstituent au fur et à mesure dans le temps, révélant l'intelligibilité que nous leur attribuons. Cela rejoint le temps scientifique dans sa relation à l'espace, conception de la physique moderne. Dès lors le temps indique la présence de l'observateur indispensable pour comprendre à la fois le réel et l'essence du temps.