Vocabulaire du roman

La narration

L’auteur est l’écrivain, celui qui a écrit le livre (Victor Hugo). Le narrateur est la voix qui raconte l’histoire.

  • La perspective du narrateur peut être :

- externe : il n’est pas un personnage de l’histoire et dit « il » ou « elle ».

- interne : il est un personnage de l’histoire, il participe aux événements et dit « je ».

 

  • Le point de vue du narrateur c’est la place de son regard sur l’histoire. Il peut être :

- omniscient : le narrateur est externe et il sait tout sur les personnages et l’histoire, il rentre dans les pensées des personnages.

- interne : le narrateur est externe ou interne et raconte à travers le regard d’un personnage

- externe : le narrateur est externe et raconte juste ce qu’il voit, il n’entre pas dans les pensées des personnages.

 

Le discours direct

Dans un récit, le narrateur rapporte les paroles des personnages telles qu'elles ont été prononcées.

On le reconnait grâce à :

-La présence de ponctuation particulière : tiret, guillemet qui marquent la rupture entre le récit et le dialogue.

-La présence éventuelle de verbes de paroles qui indiquent qui parle.                             

Le verbe de parole peut précéder la réplique ou bien être placé en incise avec inversion du sujet quand il coupe ou suit la réplique.

-La présence de marques d'oralité (interjections, ponctuation de l'interrogation "?" ou de l'exclamation "!")

-La présence de la première et deuxième personne (je, tu, nous, vous, ma, tes, ...)

-La présence d'adverbes de lieu et de temps (Demain, ce soir, ici)

-L'emploie en majorité du temps du présent . Les autres temps utilisées sont :

le passé simple, l'imparfait, le plus que parfait pour les faits qui se situent dans le passé.

le futur simple, le futur antérieur pour les faits à venir.

Effet produit : Le style direct permet au narrateur de restituer les niveaux de langage (familier, courant, soutenu) et les types de phrases utilisés par les différents personnages : répétitions, patois, hésitations, ...

Le style direct donne vie au récit et crée un effet de réel.

 

Le discours indirect

Le narrateur peut rapporter les paroles au style indirect : il les insère grammaticalement dans la narration.

Il est caractérisé par :

-L'absence de ponctuations particulières.

-La suppression des phrases exclamatif, interrogatif et impératif : il n'a plus la ponctuation de ces types de phrases.

-La présence d'une proposition subordonnée conjonctive introduite par que après un verbe de déclaration ou une proposition subordonné interrogative indirecte après un verbe d'interrogation.

Effet produit : Le discours indirect permet au narrateur de rapporter les paroles comme il veut, il peut les résumer ou les simplifier par exemple. Il n'y a pas de rupture avec le récit.

 

LE SCHÉMA NARRATIF ET L’ORDRE DE L’HISOIRE

 

Le schéma narratif est le modèle que suivent toutes les histoires, en 5 étapes :

- La situation initiale : C’est le début de l’histoire, on présente les personnages, le lieu, l’époque. L’histoire n’a pas encore vraiment commencé.

- L’élément perturbateur ou déclencheur : Un problème, un changement arrive et fait démarrer l’histoire.

- Les péripéties : Ce sont les aventures des personnages.

- Le dénouement : C’est un événement qui mène les aventures à leur fin.

- La situation finale : C’est la fin de l’histoire. Les personnages et leur vie ont changé.

Le schéma peut être pris dans le désordre :

- dans certaines histoires, on commence par la fin puis on raconte le début de l’histoire etles aventures

- parfois, la situation initiale n’est pas racontée.

- L’analepse est un retour en arrière dans l’histoire : on raconte un événement qui s’est passé bien avant.

- La prolepse est un bond en avant dans l’histoire : on raconte un événement qui se passe bien plus tard dans l’histoire.

 

LE RYHTME DU RÉCIT

 

Dans le récit, le rythme change. On peut trouver :

- une pause : les actions s’arrêtent et le narrateur décrit un personnage, un lieu. Le rythme est ralenti.

- une scène : une action est racontée avec précision, les personnages parlent et la longueur de la scène ressemble à la réalité. Le rythme est ralenti.

- un sommaire : c’est le contraire de la scène, il raconte très rapidement une action. Le rythme est accéléré.

- une ellipse : une action n’est pas racontée et le récit avance plus vite dans le temps. Le rythme est accéléré.

 

LE SCHÉMA ACTANTIEL ET LES PERSONNAGES

 

Le schéma actantiel définit les relations entre personnages et forces :

- le héros / l’héroïne : c’est le personnage le plus important de l’histoire

- le destinataire : c’est le personnage qui reçoit la quête, l’objet

- le destinateur : c’est celui qui demande au héros ce qu’il doit chercher.

- la quête : c’est ce que le héros recherche dans l’histoire (l’amour, un métier, un lieu, un objet…)

- les adjuvants : ce sont les personnages, les choses, les événements qui vont aider le héros.

- les opposants : ce sont les personnages, les choses, les événements qui vont poser problème au héros.

Les personnages importants d’une histoire s’appellent des protagonistes.

 

LES TEMPS DU RÉCIT

 

Le récit au passé :

- l’imparfait pour décrire, pour présenter les personnages, leur caractère, pour présenter le lieu et l’époque de l’action.

- le passé simple pour raconter les actions et les événements.

- le passé composé à la place du passé simple, pour rendre le récit plus simple, plus familier.

Attention : Parfois les histoires sont racontées au présent.