Fernando Pessoa : "L'unique mystère est qu'il y en ait qui pensent au mystère" (extrait en portugais et en français)

Un extrait d'un long poème de Fernando Pessoa,"le gardeur de troupeaux" publié en 1914 sous le pseudonyme d'Alberto Caeiro... 

Há metafísica bastante em não pensar em nada. 

O que penso eu do mundo? 
Sei lá o que penso do mundo! 
Se eu adoecesse pensaria nisso. 
Que ideia tenho eu das cousas? 
Que opinião tenho sobre as causas e os efeitos? 
Que tenho eu meditado sobre Deus e a alma 
E sobre a criação do Mundo? 
Não sei. Para mim pensar nisso é fechar os olhos 
E não pensar. É correr as cortinas 
Da minha janela (mas ela não tem cortinas). 

O mistério das cousas? Sei lá o que é mistério! 
O único mistério é haver quem pense no mistério. 
Quem está ao sol e fecha os olhos, 
Começa a não saber o que é o sol 
E a pensar muitas cousas cheias de calor. 
Mas abre os olhos e vê o sol, 
E já não pode pensar em nada, 
Porque a luz do sol vale mais que os pensamentos 
De todos os filósofos e de todos os poetas. 
A luz do sol não sabe o que faz 
E por isso não erra e é comum e boa. 
Metafísica? Que metafísica têm aquelas árvores? 
A de serem verdes e copadas e de terem ramos 
E a de dar fruto na sua hora, o que não nos faz pensar, 
A nós, que não sabemos dar por elas. 
Mas que melhor metafísica que a delas, 
Que é a de não saber para que vivem Nem saber que o não sabem?"

C'est assez de métaphysique que de ne penser à rien.

Ce que moi je pense du monde? 
Va-t-on savoir ce que je pense du monde? 
Si je tombais malade, j'y penserais. 
Quelle idée je me fais des choses? 
Quelle est mon opinion sur les causes et les effets? 
Qu'ai-je médité sur Dieu et l'âme 
Et sur la création du monde? Je n'en sais rien. 
Pour moi, penser à cela c'est fermer les yeux. 
Et ne pas penser. C'est tirer les rideaux 
De ma fenêtre (qui d'ailleurs n'a pas de rideaux). 

Le mystère des choses? 
Va-t-en savoir ce qu'est le mystère! 
L'unique mystère est qu'il y en ait qui pensent au mystère. 
Qui se tient au soleil et ferme les yeux 
Commence à ne plus savoir ce qu'est le soleil, 
Et à penser maintes choses pleines de chaleur, 
Mais il ouvre les yeux et voit le soleil, 
Et voilà qu'il ne peut plus penser à rien, 
Parce que la lumière du soleil vaut mieux que les pensées 
De tous les philosophes et de tous les poètes. 
La lumière du soleil ne sait pas ce qu'elle fait 
Et pour cela elle n'est pas erronée, elle est commune et bonne. 
Métaphysique? Quelle métaphysique ont ces arbres-là? 
Celle d'être verts et touffus et d'avoir des branches 
Et celle de donner des fruits à leur heure, ce qui ne nous fait pas penser 
A nous-mêmes, qui ne savons pas faire attention. 
Mais quelle meilleure métaphysique que la leur, 
Qui est de ne pas plus savoir pourquoi ils vivent, 
Que de savoir qu'ils ne le savent pas? 

 

extrait "Le gardeur de troupeaux" dans le recueil Poèmes païens, traduction M.Chandeigne, P.Quillier et M.A Camara Manuel