L'OEUVRE D'ART ET LE SPIRITUEL -

Dans son oeuvre ESTHETIQUE, Hegel situe l'oeuvre d'art en tant qu'expression d'un besoin supérieur, celui de la conscience dans son rapport au monde. Il s'agit pour le sujet de transformer l'environnement en le soumettant à sa volonté de produire, c'est ce que Hegel nomme LE COGITO PRATIQUE. L'oeuvre d'art apparaît comme la production de la conscience qui se contemple elle-même à partir des matériaux travaillés selon le dessein de l'artiste. D'où, pense Hegel, la supériorité de la beauté de l'oeuvre sur le beau naturel car l'oeuvre manifeste directement l'esprit et la création de l'homme. Cela rejoint le propos de Klee selon lequel l'art rend visible l'invisible. C'est donc la liberté intérieure de la conscience qui apparaît dans cette modélisation des matériaux de la Nature. Pensons au travail du sculpteur, l'atelier de Rodin, la pierre se soumet aux ciseaux du sculpteur. C'est pourquoi Hegel écrit :" L'homme fait par lui-même et pour lui-même ce qu'il est." L'oeuvre d'art reflète l'esprit de l'homme, sa conscience pensante et cela nous amène à nous demander comment peut-il y avoir une métaphysique de l'art au sens où l'oeuvre échappe aux déterminismes de la Nature.
L'oeuvre d'art témoigne de la volonté humaine d'aller au-delà dde la nécessité pour dire quelles sont les valeurs, les idéaux du créateur, sa perception esthétique des formes, des couleurs, des sons. L'ESTHETIQUE passe avant la beauté elle-même. Chaque culture laisse les objets artificiels et techniques dans le cadre de ses productions. Or ce qui distingue l'oeuvre d'art est d'en faire la représentation sans se réduire à l'usage et à la production directement utile. Le sentiment de beauté est lié alors à l'expérience esthétique elle-même et à notre jugement personnel. Que ce jugement soit lié à l'assentiment d'une communauté culturelle, cela signifie que nous nous imprégnons de toutes les oeuvres progressivement dans le contexte de la communication et des échanges rendant à l'espace public ce qui est à contempler, à partager, c'est-à-dire la création elle-même. Qu'ensuite nous ayons à évaluer ce qui est oeuvre et ce qui est expression plus conventionnelle nous amène à hiérarchiser les critères esthétiques, y compris ceux de la beauté.

Extrait de l'article, quelle est l'origine du jugement esthétique ?