Histoire

La mosaïque « des Sages »

La mosaïque dite « des Sages » constitue l’une des pièces majeures exposées au Musée national de Beyrouth (n° inv. DGA 3970). Avec celle de la « Naissance d’Alexandre », elle provient de Soueidié, dans la banlieue sud-est de Baalbeck, où ces deux pavements furent mis au jour par Maurice Chéhab, à proximité des vestiges d’une villa dont les propriétaires devaient se rattacher de quelque façon aux cercles philosophiques qui ont fleuri dans la région jusque sous l’empire chrétien (Chéhab 1957, p. 44-46 ; Rey-Coquais, IGLS VI, n° 2886 ; Aliquot 2010, p. 310). On sait en effet par les sources écrites que, centre d’un culte oraculaire fameux de Jupiter, l’antique Héliopolis a longtemps conservé un climat de ferveur païenne favorable à l’épanouissement de la pensée néo-platonicienne qui, de Numénios d’Apamée à Jamblique ou Damascios, a marqué la contrée du haut et du moyen Oronte. Si le fouilleur situait ces décors dans la seconde moitié du iiie s. (Chéhab 1957, p. 43), la critique tend aujourd’hui à remonter quelque peu leur datation à l’époque sévérienne (193-235) (Balty 1981, p. 380-383).

Pages