poésie

Une charogne

Une charogne

Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme,
Ce beau matin d'été si doux :
Au détour d'un sentier une charogne infâme
Sur un lit semé de cailloux,

Les jambes en l'air, comme une femme lubrique,
Brûlante et suant les poisons,
Ouvrait d'une façon nonchalante et cynique
Son ventre plein d'exhalaisons.

Alfred de MUSSET (1810-1857)

Dans les manuels, Musset longtemps figuré parmi les quatre grands romantiques français, après Hugo, avec Lamartine et Vigny. Les collégiens savaient par cœur La Nuit de mai et La Nuit de décembre, et plus d'un en reçut la révélation pathétique de l'amour, de la souffrance et de la poésie.

Depuis lors, sa cote a baissé et son mythe s'est effacé ; d'autres l'ont remplacé.

Hugo : Depuis six mille ans la guerre

 

Depuis six mille ans la guerre

Depuis six mille ans la guerre 
Plait aux peuples querelleurs, 
Et Dieu perd son temps à faire 
Les étoiles et les fleurs.

Les conseils du ciel immense, 
Du lys pur, du nid doré, 
N'ôtent aucune démence 
Du coeur de l'homme effaré.

Fernando Pessoa : "L'unique mystère est qu'il y en ait qui pensent au mystère" (extrait en portugais et en français)

Un extrait d'un long poème de Fernando Pessoa,"le gardeur de troupeaux" publié en 1914 sous le pseudonyme d'Alberto Caeiro... 

Pages