art

Comprendre ou expliquer : de l'interprétation.

L'interprétation des œuvres humaines, les comportements, les actes culturels présupposent le langage, les signes, les intentions de la conscience. Or ces objets d'étude sont en rupture radicale avec les phénomènes de la nature et leur type de causalité. Ils requièrent l'usage des signes et les motifs intentionnels en liaison avec les sciences humaines, notamment la linguistique. Ils se fondent également sur la communication et l'herméneutique qui en dérive.

Pablo Neruda : Muerte lente - La mort lente (traduction française)

- Muerte lente 

Muere lentamente
quien no viaja,
quien no lee,

Muere lentamente
quien destruye su amor própio,
quien no se deja ayudar.

Muere lentamente
quien se transforma en esclavo del hábito
repitiendo todos los días los mismos trayectos,
quien no cambia de marca,
no se atreve a cambiar el color de su vestimenta
o bien no conversa con quien no conoce.

Alain : Dans l'imagination errante tout est promesse...

Dans l'imagination errante tout est promesse, par des émotions sans mesure ; aussi il se peut bien que le sculpteur sans expérience souhaite quelque matière plastique qui change aussi vite que ses propres inspirations. Mais quand il souhaiterait seulement quelque aide du diable, par laquelle le marbre serait taillé aussitôt selon le désir, il se tromperait encore sur sa véritable puissance. Si le pouvoir d'exécuter n'allait pas beaucoup plus loin que le pouvoir de penser ou de rêver, il n'y aurait point d'artistes...

L’art peut-il transfigurer le réel ?

 

 

« Celui qui méprise la peinture n’aime ni la philosophie ni la nature. Si tu méprises la peinture, qui est l’unique imitation de toutes les œuvres visibles de la nature, tu dois certainement mépriser aussi une subtile invention qui t’apporterais une philosophie et une réflexion subtile appuyée sur la nature de toutes les formes—mer et terre, plantes et animaux, herbe et fleurs, qui se développent dans l’ombre et la lumière. »

L’art est-il un affront envers Dieu ?

Les iconoclastes (εικών  « icône» et klaô «casser»)

et les iconodoules (δουλεία « esclavage »)

 

Une espèce de compétition s’opère donc entre l’artiste et le créateur sur le modèle de ce passage mystérieux de la genèse où Jacob lutte avec Dieu :

L’historicité du caractère esthétique

L’art est aussi ce domaine d’activité plus spécifique dont la finalité est de caractère esthétique, désintéressé et non utilitaire. En ce sens plus restreint, l’art est l’expression, dans certaines œuvres humaines, d’un idéal de beauté.

COURS SUR L'ART

En un sens très général et en opposition à la nature (puissance produisant sans réflexion) l’art fût défini comme l’ensemble des moyens, et des procédés conscients par lesquels l’homme tend à une certaine fin, cherche à atteindre un certain résultat. En ce sens le naturel s’oppose à l’artificiel en tant que production et technique :

Freud : l'artiste comme le névropathe...

L'artiste, comme le névropathe, s'était retiré loin de la réalité insatisfaisante dans ce monde imaginaire, mais à l'inverse du névropathe il s'entendait à trouver le chemin du retour et à reprendre pied dans la réalité. Ses créations, les oeuvres d'art, étaient les satisfactions imaginaires de désirs inconscients, tout comme les rêves, avec lesquels elles avaient d'ailleurs en commun le caractère d'être un compromis, car elles aussi devaient éviter le conflit à découvert avec les puissances de refoulement.

Pages