philosophie

CIORAN : Rencontre avec le suicide

On ne se tue que si, par quelques côtés, on a toujours été en dehors de tout. Il s'agit d'une in appropriation originelle dont on peut n'être pas conscient. Qui est appelé à se tuer n'appartient que par accident à ce monde-ci ; il ne relève au fond d'aucun monde. On n'est pas prédisposé, on est prédestiné au suicide, on y est voué avant toute déception, avant toute expérience: le bonheur y pousse autant que le malheur , il y pousse même davantage, car amorphe, improbable, il exige un effort d'adaptation exténuant, alors que le malheur offre la sécurité et la rigueur d'un rite.

Lucrèce : "Pauvres esprits humains, cœurs aveugles !"

"Il est doux, quand sur la mer immense les vents en rafale bouleversent la calme surface des flots, de contempler de la terre l’immense effort d’autrui dans l’épreuve ; non que l’on prenne joie ou plaisir à la souffrance humaine ; mais il y a de la douceur à voir les maux auxquels soi-même on échappe. Il est doux aussi d’observer les immenses affrontements de la guerre, les armées rangées dans les plaines, quand on est soi-même à l’abri du danger.

Fernando Pessoa : "L'unique mystère est qu'il y en ait qui pensent au mystère" (extrait en portugais et en français)

Un extrait d'un long poème de Fernando Pessoa,"le gardeur de troupeaux" publié en 1914 sous le pseudonyme d'Alberto Caeiro... 

Pages